Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-François Helleux
  • Le blog de Jean-François Helleux
  • : Ce blog est destiné à toutes les personnes qui souhaiteront avoir de mes nouvelles ou tout simplement me lire. Lecture, écriture, histoire ...
  • Contact

Profil

  • Jean- François Helleux

Nombre de visiteurs

Recherche

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog

Catégories

23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 11:44

148 ans après, le Mississippi vient seulement d'adopter le 13e amendement.

... Il a fallu attendre 2013 pour voir le Mississippi abolir l'esclavage, 148 ans après l'adoption du 13e amendement de la Constitution américaine abolissant l'esclavage, souligne Slate.fr. Europe1.fr vous explique pourquoi.

Merci Spielberg ! Le cinéaste américain serait à l'origine de cette ratification, rapporte ClarionLedger.com. Dans son film Lincoln, Steven Spielberg revient sur la bataille qu'a dû mener le 16e président des Etats-Unis pour abolir l'esclavage. Un film qui a encouragé Ranjan Batra, un professeur d'université, à se pencher sur le dossier et à découvrir, donc, que le Mississippi n'avait pas ratifié ce fameux 13e amendement.

Un premier pas en 1995. Les 36 Etats fédérés de l'époque ont dû se positionner sur ce texte. 30 Etats l'ont ratifié dans l'année 1865, rejoints en 1866 par l'Iowa et le New Jersey, et en 1870 par le Texas. Il faudra attendre 1901 pour le Delaware et 1976 pour le Kentucky, tandis que le Mississippi ne ratifia le document qu'en 1995, soit 130 ans plus tard. Mais "comme l'Etat ne l'a jamais notifié à l'Archiviste des Etats-Unis, la ratification n'est pas officielle" à cette époque, relate Slate.fr, citant le site US Constitution. Les raisons de cet oubli sont inconnues.

Ratification officielle depuis le 7 février. Un collègue du prof qui a découvert l'erreur a alors contacté un secrétaire d'Etat. Ce dernier a donc envoyé la copie de la résolution de 1995 adoptée par le Parlement du Mississippi au Registre fédéral qui accusa réception dans la foulée et entérina la ratification officiellement en date du 7 février 2013.


Guéna

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Histoire
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 18:24

Le savais tu ?...
 
La distance standard entre 2 rails de chemin de fer aux US est de 4 pieds et 8,5 pouces.
C'est un chiffre particulièrement bizarre . Pourquoi cet écartement a-t-il été retenu ?

Parce que les chemins de fer US ont été construits de la même façon qu'en Angleterre , par des ingénieurs anglais expatriés , qui ont pensé que c'était une bonne idée car ça permettait également d'utiliser des locomotives anglaises.

Pourquoi les anglais ont-ils construits les leurs comme cela ?

Parce que les premières lignes de chemin de fer furent construites par les mêmes ingénieurs qui construisirent les tramways, et que cet écartement était alors utilisé.

Pourquoi ont-ils utilisé cet écartement ?

Parce que les personnes qui construisaient les tramways étaient les mêmes qui construisaient les chariots et qu'ils ont utilisé les mêmes méthodes et les mêmes outils . 
Ok, pourquoi les chariots utilisent un tel écartement ?

Et bien, parce que partout en Europe et en Angleterre les routes avaient déjà des ornières et un espacement différent aurait causé la rupture de l' essieu du chariot. 
Donc, pourquoi ces routes présentaient elles des ornières ainsi espacées ? 
Les premières grandes routes en Europe ont été construites par l' empire romain pour accélérer le déploiement des légions romaines. 
Pourquoi les romains ont ils retenu cette dimension ? 
Parce que les premiers chariots étaient des chariots de guerre romains. Ces chariots étaient tirés par deux chevaux. Ces chevaux galopaient côte à côte et devaient être espacés suffisamment pour ne pas se gêner. Afin d' assurer une meilleure stabilité du chariot, les roues ne devaient pas se trouver dans la continuité des empreintes de sabots laissées par les chevaux, et ne pas se trouver trop espacées pour ne pas causer d' accident lors du croisement de deux chariots. 
Nous avons donc maintenant la réponse à notre question d'origine . L'espacement des rails US (4 pieds et 8 pouces et demi ) s'explique parce que 2000 ans auparavant, sur un autre continent, les chariots romains étaient construits en fonction de la dimension de l'arrière train des chevaux de guerre.

Et maintenant, la cerise sur le gâteau.

Il y a une extension intéressante de cette histoire concernant l'espacement des rails et l'arrière train des chevaux. 
Quand nous regardons la navette spatiale américaine sur son pas de tir, nous pouvons remarquer les deux réservoirs additionnels attachés au réservoir principal. 
La société THIOKOL fabrique ces réservoirs additionnels dans leur usine de l'UTAH. Les ingénieurs qui les ont conçus auraient bien aimé les faire un peu plus larges, mais ces réservoirs devaient être expédiés par train jusqu 'au site de lancement. La ligne de chemin de fer entre l'usine et Cap Canaveral emprunte un tunnel sous les montagnes rocheuses. Les réservoirs additionnels devaient pouvoir passer sous ce tunnel. Le tunnel est légèrement plus large que la voie de chemin de fer, et la voie de chemin de fer est à peu près aussi large que les arrières train de deux chevaux.

Conclusion : une contrainte de conception du moyen de transport le plus avancé au monde est la largeur d'un cul de cheval.

Les spécifications et la bureaucratie vivront pour toujours.

Aussi, la prochaine fois que vous avez des spécifications entre les mains et que vous vous demandez quel cul de cheval les a inventées,

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Histoire
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 12:19

Une conférence sur les ouvriers du granit aux Archives départementales d'Ille et Vilaine le 2 octobre 2012.

 

Comme intervenant, notre ami Serge

 

A regarder et écouter

 

A noter que cette conférence peut être podcaster.

 

http://www.dmlgproduction.com/ARCHIVES_35_CONFERENCE_02_10_12.htm

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Histoire
commenter cet article
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 09:40

Un message de mon ami Serge :

 

Conference archives35

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Histoire
commenter cet article
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 17:48
Hier, nous sommes allés voir un film que, la chose n'est pas courante, je vous conseille.
 
Ce film, tout en finesse, nous montre les arrières de la cuisine privé de l'Elysée et des rapports parfois tendus entre les professionels de la cuisine. Qui là comme ailleurs ont leur lot de courtisans.
 
A conseiller aux épicuriens amoureux de la vraie cuisine
 
 
 
Repost 0
Jean- François Helleux - dans Histoire
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 17:35
Repost 0
Jean- François Helleux - dans Histoire
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 23:30

Je relaie ici une photo et un article que m'a fait connaître le blog de "Visages oubliés" ( http://www.visages-oublies.net/article-le-courage-d-un-homme-99329720.html)

Cette photo est impréssionnante et je vous conseille d'en lire l'explication : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/l-homme-qui-refusa-de-faire-le-salut-nazi_1080771.html

 

Cet homme a dit non et a refusé de faire le salut nazi :

 

877324

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Histoire
commenter cet article
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 23:28
Repost 0
Jean- François Helleux - dans Histoire
commenter cet article
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 15:31

De gauche à droite : Sylvain Blais et Jean Hérisset. Rue Nationale, les façades sont souvent faites à la fois de granite et de cornéenne.

De gauche à droite : Sylvain Blais et Jean Hérisset. Rue Nationale, les façades sont souvent faites à la fois de granite et de cornéenne.
À l'occasion de la Fête de la science, le géologue Sylvain Blais invite à découvrir, le 8 octobre,comment architecture et géologie sont, à Fougères, intimement liées.
540 millions d'années...

Pour comprendre l'histoire des constructions fougeraises, il faut commencer... par le début. Sylvain Blais, géologue qui a enseigné à l'université Rennes I et qui grandi place du Théâtre, raconte.

« Entre 660 et 540 millions d'années, une partie du massif armoricain a vu l'existence de phénomènes aboutissant à la formation d'une chaîne de montagne : la « chaîne cadomienne ». Cette chaîne, qui devait culminer à environ 4 000 mètres, a donné naissance à des masses granitiques qui, en remontant lentement dans ses entrailles, se sont refroidies, chauffant, cuisant les sédiments environnants. Le granite local connu sous le nom de « granite de Louvigné-du-Désert » a ainsi cuit les schistes voisins, les transformant en une roche compacte, plus dure qu'une corne, la « cornéenne ». »

Deux pierres

Située à un carrefour géologique, Fougères a longtemps utilisé, pour construire ces édifices, ces deux matériaux mis à nu par l'érosion, le granite et de la cornéenne.

« La cornéenne est une pierre de couleur sombre, très hétérogène. On la retrouve dans le beffroi, le château... Le granite, en revanche, est beaucoup plus clair. Principalement constitué de quartz, de mica et de feldspath, le granite de Louvigné contient aussi beaucoup de corps étrangers (qui font comme des tâches dans la roche, N.D.L.R.) » détaille le géologue, pour qui « l'identité de Fougères est liée à son sol. Depuis toujours, les hommes se sont servi dans les ressources locales pour fabriquer leurs bâtiments. »

Des exceptions

Il en existe. La preuve, le théâtre, calqué sur celui d'Angers, est en tuffeau ! Car si granite et cornéenne dominent sur la plupart des façades du centre historique, d'autres matériaux s'observent dans des constructions plus récentes.

« Dès l'arrivée du train, à la fin du XIXe siècle, on a été cherché des matériaux plus loin. Vitré n'était plus qu'à une heure trente de trajet : le calcaire d'Anjou ou les ardoises ont ainsi pu être livrés à Fougères » précise Jean Hérisset.

Cet historien local a coécrit, avec Sylvain Blais et Jacques Bouffette, également géologue, « Prome-nade géologique à Fougères », dont la parution est prévue pour novembre.

Tout est dans le détail

La promenade du 8 octobre s'attardera sur de nombreux petits détails insolites. Rue Nationale par exemple, Sylvain Blais fait remarquer l'existence de curieux signes, gravés dans la roche. Des formes géométriques, des lettres, des chiffres... « Les ouvriers, qui étaient payés à la tâche, marquaient leur pierre d'un petit signe. Si problème il y avait, on savait qui était le responsable ! » précisent Sylvain Blais et Jean Hérisset. Autre curiosité, la façade de l'église Saint-Léonard, dont la partie droite est faite de granite blond, et la gauche de granite plus clair. « Une partie du mur a été édifiée au XVIe siècle. À l'époque, l'extraction du granite se faisait en surface. Mais au XIXe siècle, quand on a construit l'autre partie, les moyens techniques avaient changé. Du coup, le granite était extrait en profondeur, et plus clair... » révèle Jean Hérisset.

 

Claire ROBIN. Ouest-France
Repost 0
Jean- François Helleux - dans Histoire
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 00:31

numérisation0002

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Histoire
commenter cet article