Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-François Helleux
  • Le blog de Jean-François Helleux
  • : Ce blog est destiné à toutes les personnes qui souhaiteront avoir de mes nouvelles ou tout simplement me lire. Lecture, écriture, histoire ...
  • Contact

Profil

  • Jean- François Helleux

Nombre de visiteurs

Recherche

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog

Catégories

29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 17:59
Un texte magnifique à écouter
Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 10:19

A vous tous, je souhaite une très bonne année 2011

 

Que cette année nouvelle exauce tous vos souhaits. Quelle vous apporte joie, amour , paix et santé pour vous et tous vos proches.

 

 

Carte de voeux 2011

 

Tiré de la carte édité par l'Office de Tourisme du Pays de Fougères 

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 23:07

A vous tous amis lecteurs :

 

cc 000236

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 16:47

Le ciel est bas.

La terre a revêtu son manteau blanc

Les couleurs se sont estompées

Ne laissant apparaître que les gris et le blanc.

 

La ville à froid

Les hommes se terrent

Voici venu le temps des frimas

Et des bonnes flambées.

 

 

 

 

148377 461617596265 374240111265 6118402 6353758 n

 

 

 

148377 461617616265 374240111265 6118405 6469981 n

 

 

"J'ai vu cela au soleil

Je l'ai vu au crépuscule

Je l'ai revu au clair de lune

Et je ne m'en lasse pas

C'est admirable"

 

Lettre de V. Hugo à sa femme - 1836

 

 

Photos : OT du Pays de Fougères

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 18:29

 

Dialogue

 

 

Des idées

Qui alimentent la pensée.

 

Des mots

Qui affirment et brossent le tableau.

 

Des paroles

D'outrance qui affolent.

 

Un dialogue

Qui s'ouvre et se ferme, tel un catalogue.

 

Des cris

Qui s'échappent de voix meurtries.

 

Un silence

Qui apaise, sans arrogance.

 

Un baiser

Pacifiant, tendrement déposé.

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 09:50

Je l'ai reçu de mon amie Saadou qui elle-même l'avait reçu d'Agathe.

Je vous le transmets afin qu'il ne s'arrête pas là

et qu'il fasse le tour du monde.

 

  ciel-rose-copie-1

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 00:57

La société de production Kourtrajmé a, dans son dernier film, voulu sensibiliser le public à l'illettrisme, et des problèmes qui peuvent en découler...

En France, plus de 3 millions de personnes souffrent d'illettrisme. Et forcément, cela peut poser problème dans certaines situations. Ainsi, la société de production Kourtrajmé a réalisé un film montrant comment un homme qui cherche une discothèque peut se retrouver sans le vouloir embarqué dans une soirée sadomasochiste...

Pour le collectif, le but de ce clip est de sensibiliser le public au problème de l'illettrisme. Nicolas Le Phat Tan, producteur du court-métrage, explique cependant au Post que le but n'est pas de choquer, mais de marquer les esprits: "Pas spécialement. Le but, c'est de surprendre le spectateur, lui faire ressentir quelque chose. Qu'il soit amusé, choqué, interpellé... Tant qu'il retient le message." Pour Sara Fehri, le chef de projet, l'idée était de faire un clip qui sort de l'ordinaire: "On ne voulait pas faire remplir au personnage une feuille d'impôt ou un chèque. On a voulu le placer dans une situation hors du commun, pour faire réagir."

 

Sources : Zigonet.com

 

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 00:13

Caché à l'abri d'une porte cochère, les yeux rivés sur la porte de la taverne, l'enfant surveillait les allées et venues de la rue. La pluie avait laissé ça et là quelques flaques d'eau dans lesquels se reflétaient les lumières des réverbères. La rue s'était vidée. Après une journée de labeur, la foule avait quitté le grouillement de la ville pour s'enfermer dans les taudis populeux du faubourg.

De temps en temps, l'enfant tournait la tête, attiré par le bruit des sabots de " Pompon", le cheval du père Henri qui, attelé au fiacre, piaffait d'impatience, pressé de rentrer dans la douce chaleur de l'écurie, près d'un tas d'avoine réconfortant. L'enfant avait du mal à percevoir les détails de la rue tant la pénombre avait tout enveloppé. Vers le bas, près de " Pompon", un échafaudage déployait ses bras squelettiques le long d'une façade de maison brinquebalante. Les éléments de bois avaient été posés à la hâte par les maçons qui, jugeant la situation alarmante, avaient consolidé tant bien que mal le pauvre mur lézardé. Vers le haut, le regard n'était attiré que par la lueur du bistrot qui estompait toute les formes alentours.

L'homme sortit de la taverne. Péniblement, désespérément, il s'accrocha au mur, semblant chercher un deuxième souffle. L'enfant l'aperçut, serra les poings en pensant à sa mère restée à la maison. Il la voyait, inquiète, assise à la table où ne restait plus qu'un couvert, devant lequel elle avait mis, comme à son habitude, la bouteille de mauvais vin qui deviendrait le seul aliment de son alcoolique de mari. Que de souffrances l'attendaient encore ce soir ! Que de cris, que de pleurs empliraient encore la maison ! Quel ingéniosité devra - t - elle déployer pour masquer habilement les traces de coups qu'elle ne manquerait pas de recevoir ?

L'homme imbibé d'absinthe, lâcha enfin le mur puis, entraîné par un violent juron, il s'élança sur le trottoir. Il passa devant l'enfant sans le voir et, titubant, avec le pas de danse d'un soir de sabbat, il frôla le cheval qui fit un écart et s'engagea sous l'échafaudage. A ce moment, l'enfant, tel un diable sortant de sa boîte, surgit de son abri, traversa la rue en courant et donna une tape vigoureuse sur la croupe de " Pompon". Surpris, le cheval se cabra et, dans un élan tira d'un coup sec la voiture qui s'ébranla, entraînant avec elle l'échafaudage et une partie du mur.

L'homme n'eut pas le temps de réagir. En quelques secondes, il se trouva recouvert d'un amas de bois et de pierres. Le cheval dévalait la pente, emmenant à sa suite la corde qui reliait la voiture aux poteaux de bois. Quand la poussière se fut dissipée, l'enfant, resté seul au milieu de la rue, satisfait, n'aperçut aucune trace de l'homme, disparu sous les gravats. Alors que, alertées par le bruit, les portes et les fenêtres s'ouvraient, l'enfant mit tranquillement les mains dans ses poches et, sourire aux lèvres, rentra chez lui près de sa mère.

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 00:08

Surprise, lors d'une sortie nocturne dans les rues de Fougères, au début septembre, mon livre que je ne croyais plus en vogue apparaissait en belle place au-milieu de la vitrine d'un libraire de la ville.

 

Cet homme, très connaisseur vraisemblablement avait cru bon de confectionner une vitrine consacrée à la Bretagne et, mon livre y figurait en bonne place : en plein milieu. Mon ego en a été extrèmement flatté aussi, saisissant mon téléphone, j'en ai tiré une photo. 

 

Une anecdote concernant ce téléphone : Lorsque je l'ai acheté, la vendeuse m'a demandé ce que je voulais faire avec et moi, bêtement de répondre : "Eh bien... téléphoner"

 

Aujourd'hui, je me suis converti au monde moderne, il me sert aussi à prendre des photos.

 

 

dsc00231 edited

 

  

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 23:53

 

Une larme a coulé,

Perle d’eau salée,

Un peu perdue, timide, hésitante.

Elle s’est exilée sur la joue riante.

 

Ce sont des larmes de joie,

Des larmes qui étouffent la voix.

 

La bataille s’est achevée,

La bêta a reculé

Et a demandé une trêve.

Tu arrives au bout de ton rêve,

Et maintenant, tu ris.

 

La bête a eu son trophée,

Ton bras diminué, mutilé.

Mais ta volonté

Et l’aide de ton kiné

Lui redonneront une mobilité.

 

Les nuages disparaissent,

Les beaux jours renaissent.

Carpe diem.

 

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article