Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-François Helleux
  • Le blog de Jean-François Helleux
  • : Ce blog est destiné à toutes les personnes qui souhaiteront avoir de mes nouvelles ou tout simplement me lire. Lecture, écriture, histoire ...
  • Contact

Profil

  • Jean- François Helleux

Nombre de visiteurs

Recherche

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog

Catégories

19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 23:10

294571 10150251748141266 374240111265 8005872 7649582 n

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Bretagne
commenter cet article
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 22:58

Des hélicoptères, des caméras infrarouge et même une spécialiste de la télépathie animale ont été mobilisés pour retrouver la vache autrichienne Yvonne, qui s'est échappée fin mai pour trouver refuge dans la forêt bavaroise (sud de l'Allemagne).

 

L'animal est devenu une star dans les médias allemands et autrichiens, à tel point que le quotidien allemand Bild a offert cette semaine une récompense de 10.000 euros pour sa capture.

 

Un refuge animalier autrichien, qui a offert de racheter Yvonne en cas de capture, a engagé des moyens pour le moins inhabituels pour retrouver la vache.

 

Une spécialiste de la communication animale entre en contact quotidiennement avec Yvonne par télépathie, a indiqué Britta Freitag, une responsable du refuge Aiderbichl, situé près de Salzbourg, à l'agence autrichienne APA.

 

La vache a compris qu'il ne lui serait pas fait de mal mais a toujours trop peur de se montrer à la suite de son éprouvant trajet entre sa ferme d'origine, en Carinthie (sud), et la Bavière, selon ces conversations télépathiques.

 

Un traqueur d'animaux ayant officié en Afrique est également sur la piste d'Yvonne, a ajouté le refuge.

 

Les efforts pour retrouver Yvonne à l'aide d'hélicoptères et de caméras infrarouges sont restés sans résultat, bien que la vache ait été aperçue deux fois depuis jeudi.

 

La semaine dernière, les autorités avaient tenté d'attirer Yvonne avec son fils nommé Friesi et le refuge Aiderbichl a fait de même avec un taureau, également en vain.

 

Yvonne s'est échappée le 24 mai dernier lors de son transfert de la Carinthie vers une ferme de Bavière, où elle devait être engraissée avant d'être abattue.

 

La police locale avait donné l'autorisation de tirer sur l'animal après qu'elle a traversé une route juste devant une voiture de police, la considérant comme un danger pour le trafic routier. Cette autorisation a depuis été suspendue jusqu'au 26 août.

 

Sources : MSN

Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 23:20

En 1981, la poétesse trégorroise Anjela Duval, âgée de 76 ans, rendait l’âme. Si elle a laissé une trace indélébile dans l’histoire de la littérature bretonne, c’est dans le granit d’Huelgoat que sa silhouette sera gravée trente ans plus tard. Une association lance une souscription volontaire pour financer la création d’une statue. La création de l’œuvre a été confiée à Roland Carrée. Elle sera livrée et inaugurée en novembre.

 

Sources : Ouest France

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Bretagne
commenter cet article
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 09:47
Maurice Langlois, ancien enseignant, est membre fondateur de la Granjagoul. Il militepour la valorisation du gallo, une langue de moins en moins parlée.
Entretien avec Maurice Langlois, retraité de l'enseignement agricole, membre fondateur de la Granjagoul, le Conservatoire du patrimoine oral de Haute-Bretagne.

 

Depuis quand parlez-vous gallo ?

Le gallo est ma langue maternelle. Personne ne parlait le français à la maison. Avant l'école, nous étions mal vus car nous parlions mal le français.

Pourquoi et comment militez-vous pour garder la mémoiredu gallo ?

Pendant un séjour aux États-Unis, je me suis rendu compte qu'il était important de reconnaître notre identité culturelle. Dès mon retour, j'ai commencé à collecter des textes, fait des photos de petits métiers existants en milieu rural avec des appellations gallèses. J'ai aussi repris la démarche d'Amand Dagnet, et des écrits du XIXe siècle. J'ai collaboré à la revue Le Pays en y écrivant des articles.

J'ai aussi traduit quatre fables de La Fontaine dont Le r'nard et la coñi (le corbeau et le renard) et La cigale ê la fremi (la cigale et la fourmi). La poésie existe aussi en gallo. J'ai écrit Cé pas pasquë dont voici le dernier quatrain. Cé pas pasquë j'caouze gallaou, Qu'i faut m'crëre begaou, C'é coum ça que j'caouze à mon kenia, Quând i vient balossë à côtë ma. J'utilise la graphie spontanée, au plus près de la sonorité mais il est difficile d'écrire tous les sons. J'espère que beaucoup de fougerais comprendront ce passage.

Quand on le lit, on ne l'entend pas m'ont dit beaucoup de gens intéressés. C'est pourquoi, nous avons sorti un CD de 21 textes enregistrés avec Radio Armorique.

Comment évolue le gallo aujourd'hui ?

La zone du gallo s'étend de Saint-Brieuc à Vannes et de Fougères à Clisson. Mais de moins en moins de gens le parlent. Heureusement des conteurs comme Bruno Chemin, Fro-fro, Daniel Robert... perpétuent la tradition. Et la Granjagoul nous permet de collecter, archiver et transmettre le gallo sous toutes ses formes.

C'est une richesse pour le Pays de Fougères. On y trouve aussi tous les numéros de la revue Le Pays qui contient des textes en gallo. Pour moi, la diversité culturelle est importante : Il faut savoir parler d'une autre bouche, le langage d'un autre coeur. Mais je pense que le gallo est en péril puisqu'il ne sait pas nommer les nouveautés scientifiques comme l'informatique.

 Ouest-France
Repost 0
Jean- François Helleux - dans Bretagne
commenter cet article
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 10:54

Cinquante ans après la construction du mur de Berlin, le magazine allemand Der Spiegel a révélé dimanche comment le gouvernement de l'Allemagne de l'Ouest et les Etats-Unis ont envisagé un temps de vendre Berlin Ouest à l'Allemagne de l'Est.

Le chancelier allemand Konrad Adenauer avait suggéré que Berlin-Ouest, alors sous occupation des forces françaises, britanniques et américaines, mais totalement isolé au sein de l'Allemagne de l'Est communiste après l'érection du mur le 13 août 1961, pourrait être échangé contre des parcelles de territoire.

 

Der Spiegel, citant des documents gouvernementaux récemment déclassifiés, écrit que Adenauer avait soumis cette idée au secrétaire d'Etat américain Dean Rusk et au président John F. Kennedy, suggérant que les Etats-Unis en fassent la proposition à l'Union soviétique, dont l'armée contrôlait l'Allemagne de l'Est.

 

L'idée était de laisser l'Allemagne de l'Est et l'Union soviétique prendre le contrôle de Berlin-Ouest, un objectif de la politique soviétique, en échange d'une extension vers l'est des frontières de l'Allemagne de l'Ouest, vers la Thuringe, une partie de la Saxe et du Mecklembourg-Poméranie occidentale.

 

Ces zones avaient été occupées par les armées occidentales à la fin de la seconde guerre mondiale avant d'être cédées à l'armée soviétique conformément aux accords de fin de conflit.

 

Berlin, qui avait été totalement occupé par l'Armée rouge, avait également fait l'objet d'un accord entre alliés, sa zone occidentale étant confiée aux alliés occidentaux.

 

L'Allemagne de l'Ouest n'a pas vraiment cru que Moscou accepterait cet échange car cela aurait signifié que l'Allemagne de l'Est aurait été amputée d'une partie de ses régions industrielles.

 

Mais Adenauer pensait qu'il pourrait tirer profit de l'offre, tout au moins en suscitant des difficultés entre les autorités est-allemandes et soviétiques dans le cas où Moscou aurait été tenté par cette idée.

 

Le camp occidental aurait pu de son côté bénéficier d'un apaisement des tensions avec le bloc soviétique, alors que le contentieux sur Berlin-Ouest était l'un des points sensibles de la guerre froide entre les deux blocs.

 

Selon le document cité par Der Spiegel, ce fut finalement Kennedy qui repoussa cette idée.

 

En juin 1963, le président américain se rendit à Berlin où il prononça la célèbre phrase "Ich bin ein Berliner" (Je suis un Berlinois), apportant son soutien aux habitants de l'enclave occidentale en Allemagne de l'Est.

Sources : MSN

Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 15:40

Le sanctuaire de Pontmain, au nord de la Mayenne, se prépare à accueillir près de 5 000 pèlerins pour l'Assomption. La première messe sera célébrée ce dimanche à 17 h. Cependant les habitants auront le choix des animations à cette heure-là. L'office de tourisme local a programmé une comédie burlesque au titre évocateur : Bla, bla, bla, bla. Il s'en est fallu de peu qu'il ne se déroule sur l'esplanade de la basilique. Un choc des cultures.

Ouest France 12 août 2011 

Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 14:51

Le temps aidant, je me suis mis à ranger le grenier et bien sûr je suis tombé sur des vieilles photos. Pas si vieilles que ça , puisque celles que je vous montre ci-dessous date d'à peine 19 ans. Elles ont été prises à l'occasion d'une Virade de l'espoir, ces journées organisées pour lutter contre la mucovicidose. Ala Stivell avait accepté de parrainer gracieusement cette journée. Il nous avait rejoint en ce 20 septembre 1992 en forêt de Fougères.

 

Je me souviens d'une journée magnifique à laquelle s'est prêté Alan Stivell puisqu'il avait fait un boeuf avec L'AFAP (une association locale de musique traditionnelle) et les Tambours de Mayotte. Spontanément les gens se sont mis à danser. Pour rappeler cette journée je viens d'ouvrir un album avec les photos.

 

numérisation0001  

 

numérisation0018

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Souvenirs
commenter cet article
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 10:09

Nés en Colombie, adoptés, séparés à la naissance et réunis par la musique, Yannick et Tangi ont remporté samedi à Lorient, avec le bagad Kemper, le titre de champion de Bretagne des sonneurs. Ils sont les symboles d'une culture bretonne ouverte et moderne, quelques mois après les attaques racistes dont a été victime Yannick.

Sacrés avec le bagad Kemper, au championnat des bagadoù, qui ouvrait, samedi, le Festival interceltique de Lorient, les sonneurs jumeaux Yannick et Tangi vivent un destin incroyable. Nés il y a vingt-cinq ans en Colombie, les deux bébés sont séparés et adoptés à leur arrivée en France.

 

Yannick est élevé par une famille bretonnante dans le Finistère, à Lannilis. A l'école, il commence par jouer de la flûte à bec, s'éclatant sur Le lion est mort ce soir, prestation qui sera remarquée par son professeur de musique. Il est doué. Il a de l'oreille. A 9 ans, le petit garçon apprend la bombarde, à 12 ans le biniou, et n'a qu'un rêve : intégrer le bagad de Quimper qu'il admire.

Tangi, lui, grandit dans la tradition gallo, au coeur du Centre-Bretagne, à Missiriac. Il est doué également. Mais pour le foot. De 14 à 17 ans, il fait ses classes en sport études au centre de formation du Stade Rennais, grandissant aux côtés de Yoann Gourcuff et de Sylvain Marveaux.

Enfants, les frères se voient de temps en temps, surtout pendant les vacances. « C'est la musique bretonne qui leur a permis de se retrouver », confie Yvonne, la maman adoptive de Yannick. Tangi, autodidacte, se met à la bombarde lorsqu'il a 13 ans. Il rejoint le bagad de Malestroit puis d'Auray, dans le Morbihan. C'est en 2007 qu'il intègre le bagad Kemper, quatre ans après Yannick. Les deux frères sont enfin réunis.

Les jumeaux musiciens poussent leur complicité jusqu'à exercer le même métier : ils sont agents immobiliers mais dans deux agences différentes. Ils ont tous deux un BTS, « négociations relations clients » pour Yannick, obtenu à Lorient ; « professions immobilières » pour Tangi, à Brest. Yannick est plutôt extraverti, Tangi, plus discret.

Les deux jeunes hommes, diamants à l'oreille, lunettes griffées, s'en amusent : « On est différents mais très complices. On habite à un kilomètre l'un de l'autre à Quimper. Et on est capables de rester des heures au téléphone à parler musique ! » Surtout, Yannick et Tangi sont des musiciens hors pair. Rares. L'an dernier, Yannick a remporté le prestigieux titre de champion des sonneurs bretons, en couple biniou-bombarde. Il a ébloui le jury.

« Je me sens encore jugé »

« Outre sa superbe technique et son aisance, Yannick a une grande générosité quand il joue, avance Georges Botuha, sonneur et facteur d'instruments à Auray, qui a fabriqué la bombarde de Yannick. Il sait créer une ambiance musicale. » Jean-Louis Henaff, ancien penn soner (chef d'orchestre du bagad) de Kemper est également très flatteur : « Yannick et Tangi savent se mettre au service du groupe et c'est ça, le talent, justement. »

Au sein du bagad Kemper, les deux frères ont trouvé une famille. Leurs copains leur ont apporté leur soutien lorsque Yannick Martin, après son titre de champion de Bretagne, a été victime d'injures racistes sur un site extrémiste breton, en février. Sa maman, Yvonne, en parle un peu : « Yannick a été médiatisé avec cette histoire, ça n'a pas été facile pour lui. »

Yannick, lui, est encore amer : « La culture bretonne, c'est l'ouverture musicale sur les autres cultures et pays. Mais certains Bretons restent encore fermés. Je me sens parfois jugé. On me fait comprendre que je ne suis pas d'ici. C'est vrai que depuis cette polémique, j'y suis beaucoup plus sensible dans la vie de tous les jours et dans la musique. »

Mais plutôt que de ressasser, Yannick choisit d'autres moyens « d'évacuer ». Il a écrit un mémoire sur la vie de Yann-Kaourintin Ar Gall, ancien grand sonneur bigouden. C'est lui qui a fondé les Sonerien Du, les « sonneurs noirs » en breton, groupe fondé en 1971, en hommage aux deux sonneurs bigoudens qui furent pendus à la place de deux brigands qui sévissaient dans la région.

Tangi, lui, préfère ne pas parler de tout ça. Chacun sa manière. Mais les deux frères peuvent et doivent se sentir protégés à l'abri du drapeau breton : il est noir et blanc.

 

 

Julia FOUQUET.Photo : Vincent MOUCHEL. Ouest France 9 août 2011
Repost 0
Jean- François Helleux - dans Bretagne
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 10:03
Inspiré par Antiochus (http://www.antiochus.org) ce magnifique petit court métrage :
 
Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 23:24
Repost 0
Jean- François Helleux - dans Bretagne
commenter cet article