Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-François Helleux
  • Le blog de Jean-François Helleux
  • : Ce blog est destiné à toutes les personnes qui souhaiteront avoir de mes nouvelles ou tout simplement me lire. Lecture, écriture, histoire ...
  • Contact

Profil

  • Jean- François Helleux

Nombre de visiteurs

Recherche

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog

Catégories

13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 22:28
La méthode surprend. Dans un collège de Saint-Herblain (Loire-Atlantique), un élève n'a pas reçu ses livres de classe parce que ses parents n'avaient pas payé tous ses repas.

« L'éducation est un droit. C'est aberrant de priver un enfant de manuels scolaires pour une dette des parents. Il n'est pas responsable ! », s'indigne Antonio Toffano. Son fils est en 3e, au collège Ernest-Renan de Saint-Herblain. À la rentrée, un prof et une documentaliste ont distribué les livres de l'année.

« Une maladresse »

Mais ils les ont retirés à deux élèves. « Ils ont dit : ' Vous, vous les rendez. Vos parents n'ont pas payé la cantine.' », raconte Antonio Toffano. Sa dette ? 20,80 €. « Quatre mois que je suis cloué au lit avec un cancer. J'avais d'autres chats à fouetter que de penser à 20 €. »

Pour Bernard Javaudin, inspecteur d'Académie, il s'agit d'« une maladresse. Les dettes d'une famille ne doivent pas interférer sur la pédagogie. La cantine est un service annexe. Quand il y a défaut de paiement, même si c'est regrettable, son accès peut être interdit. Mais on ne prive pas l'élève de livres. » Le fils d'Antonio a quand même passé la semaine sans ses manuels. Suivant, en cours, sur ceux de son voisin. Et empruntant aux copains pour les devoirs.

Philippe Milville, le principal d'Ernest-Renan, doute que la dette ait été évoquée devant la classe. « Théoriquement, il est juste indiqué sur une feuille, sans d'autres précisions : ' Problème avec l'intendance '. » Les livres peuvent être retenus quand les manuels de l'année précédente ont été rendus en mauvais état ou quand il y a dette.

« On se débrouille discrètement »

Plusieurs enfants sont concernés dans ce collège où la moitié des 520 élèves sont boursiers. « En cas de dettes, on contacte plusieurs fois les familles. On propose, s'il y a des difficultés financières, de monter un dossier d'aide sociale, explique le principal. Ne pas donner les livres pénalise, mais on n'a pas trouvé d'autres moyens pour faire prendre conscience aux familles qu'elles doivent payer. »

« Inimaginable », s'étonne le principal d'un collège nantais. Il compte, lui aussi, dans son établissement, une majorité de boursiers. « Les dettes, on fait en sorte qu'il n'y en ait plus à la fin de l'année précédente. On contacte l'assistante sociale. On se débrouille discrètement. Et jamais cela n'a d'incidence sur la distribution des livres. »

Yasmine TIGOÉ.

 

Les manuels rendus ce midi au collégien

Le fils d'Antonio Toffano a reçu ses livres ce mardi midi.

La médiatisation de l'affaire a semble-t-il convaincu la direction de l'établissement de remettre les manuels au collégien, qui avait dû jusque-là copier sur ceux de ses camarades pour faire ses devoirs.

« D'habitude, on interpelle les parents par ce moyen le jour de la rentrée et, le lendemain, les élèves ont leurs livres. Là, la maladresse est que les livres n'ont pas été rendus », concède Philippe Milville, principal du collège Renan.

« Mon mari a estimé que c'était inadmissible et c'est pourquoi il avait dit au collège qu'il ne donnerait les 20 euros que quand notre fils aurait récupéré les manuels », explique de son côté la mère du collégien. Selon elle, d'autres élèves dans le même cas n'ont toujours pas reçu leurs livres.

 

Ouest France 13 septembre 2011

Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 23:44

Une habitante de Landivy a été agressée par un chat, ce lundi 5, peu avant 14 h. La voisine du dessus lui avait demandé de garder son animal, jusque-là sans problème. Arrivé dans l’appartement, le chat est devenu fou, agressant la dame âgée qui a eu un doigt et une cheville déchiquetés et un poignet abîmé.

Il a fallu l’intervention des gendarmes, des pompiers et d’un vétérinaire pour réussir à euthanasier l’animal. La dame a dû être transportée à l’hôpital de Fougères avec une équipe médicale spécialisée.

 

Ouest france 5 septembre 2011

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Chat
commenter cet article
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 22:57

Vous ne le saviez peut-être pas, mais ne pas "honorer" son épouse est puni par la loi.

Un Niçois de 51 ans en a fait les frais durant son divorce.

 

L'abstinence sexuelle peut parfois coûter cher. Jean-Louis, 51 ans, a eu beau invoquer le manque de temps, la fatigue, "générée par les horaires de travail," le poids des années qui a fait que "les relations s'étaient simplement espacées au fil du temps," ou encore des problèmes de santé, la justice a tranché : il n'a pas suffisamment fait l'amour à sa femme durant leurs 21 années de vie commune !

Le Niçois, relate La dépêche du midi,  a été condamné à verser 10 000 euros de dommages et intérêts à son ex-femme Monique par la cour d'appel d'Aix-en-Provence. Cerise sur le gâteau, le juge aux affaires familiales a prononcé le divorce du couple "aux torts exclusifs" de l'époux.

D'après le code civil, en plus d'un devoir d'assistance, de fidélité et de respect mutuel, les époux ont une obligation de "communauté de vie", impliquant des relations sexuelles siuvies. Le "devoir conjugal" existe bel et bien encore.

 

Sources : Planet.fr

 

Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 23:39

Une Brestoise a été hospitalisée samedi près avoir été mordue par un loup qu'elle gardait clandestinement dans son pavillon parmi 85 autres animaux, dans des conditions insalubres, a-t-on appris dimanche auprès du parquet à Brest et de la SPA.

Alertées à la suite de l'hospitalisation, la police et la fourrière municipale ont découvert dans la maison notamment deux loups de Tchécoslovaquie, une espèce protégée, onze chats, trois chiens, un perroquet, des canaris et des perruches, selon ces sources.

 

Le parquet a précisé avoir ouvert une enquête.

 

Yohan Corre, responsable du refuge de la SPA de Plouzané, près de Brest, où les animaux ont été accueillis, a précisé que certains d'entre eux étaient "maigres", et qu'il fallait "les resocialiser".

 

Selon lui, la fourrière était déjà intervenue il y a quelques années chez cette femme, connue pour ses achats "compulsifs" d'animaux.

 

"C'est compulsif, elle achète des animaux en pagaille, elle n'hésite pas à parcourir la France pour acheter des animaux", a affirmé M. Corre à l'AFP. "Dans la région cette dame est très connue, et les éleveurs font très attention" à ne pas lui vendre d'animaux, a-t-il dit.

 

Selon le quotidien Le Télégramme, la femme avait toutefois continué à acquérir des animaux grâce à des sites internet spécialisés.

 

La SPA envisage de proposer une partie des animaux à l'adoption, sauf les loups, qui appartiennent à une espèce protégée. Celui qui a mordu la femme a été conservé par les services municipaux qui doivent le montrer à un vétérinaire, a dit M. Corre.

 

Sources : Orange

Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 18:40

Après 37 ans de contrats précaires, une enseignante italienne a appris avec émotion sa titularisation dans un collège sicilien, à l'âge de 63 ans et à deux ans de la retraite, rapporte vendredi la presse italienne.

"Mieux vaut tard que jamais. C'est une chance. Je pense à ceux à qui cela n'arrivera jamais", a déclaré ce professeur d'enseignement artistique, qui a dit avoir éclaté en sanglots en apprenant la nouvelle tant attendue, un contrat à durée indéterminée au collège Pietro Leone de Caltanissetta.

 

Pendant 37 ans, Vincenza D'Amico a multiplié les contrats dans des établissements à travers toute la Sicile.

 

Selon les journaux italiens, Mme D'Amico a pâti du faible nombre de postes dans sa discipline et du fait qu'elle ait dû déménager à plusieurs reprises pour suivre son mari, ce qui faisait partir à chaque fois son ancienneté à zéro.

 

Mais son parcours reflète surtout la dramatique situation de l'emploi en Sicile, qui connaît un nombre de record d'enseignants précaires : 38.000 sur un total en Italie de 232.000.

 

Trois travailleurs précaires sont actuellement en grève de la faim devant le siège de la région à Palerme, pour protester contre les coupes opérées dans le budget de l'Education, qui a conduit à supprimer des postes, notamment dans l'accompagnement aux enfants handicapés.

 

L'un d'entre eux, Calogero Fantauzzo, 46 ans, un surveillant en liste d'attente depuis 25 ans pour une titularisation, a expliqué aux médias italiens qu'il avait dû vendre son alliance pour nourrir sa famille et dépendait maintenant de la banque alimentaire. "Ma douleur la plus grande? Mentir à mon fils quand il me demande un jus de fruit : je lui dis que le supermarché est fermé".

 

Sources : Orange

Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 23:55

Un enfant de huit ans a été oublié sur une aire de stationnement située dans le Gers, par ses parents, qui ont parcouru 70 kilomètres avant de s'en rendre compte.

Un couple de vacanciers originaire de la région d'Île de France s'est rendu compte, au bout de 70 kilomètres de route, qu'ils avaient oublié leur fils de huit ans sur une aire de stationnement. Samedi soir, cette famille s'était arrêtée pour se reposer sur une route nationale située dans le Gers au Sud-Ouest de la France. Ils sont ensuite repartis vers les Pyrénées sans toute sa progéniture, explique l'AFP.

L'enfant s'est assis tranquillement en attendant, sous les yeux d'automobilistes de passage qui ont commencé à s'inquiéter. L'alerte donnée, les gendarmes ont mis une heure à arriver sur place vers 21h00. Et ce n'est qu'un demie-heure plus tard que les parents se sont aperçus de leur négligence et on appelé paniqués le numéro d'urgence de la police.

Revenant sur leur chemin, ils ont pu récupérer leur enfant à la gendarmerie vers 23 heures. Les gendarmes expliquent cet oubli par la fatigue du voyage. Devant le fort émoi des parents, ces derniers ne seront pas poursuivis en justice.
Sources : Yahoo actualités

Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 22:41

Une version actualisée d'un passage de l'Ancien Testament à ne pas manquer. En 2011 après Jésus-Christ, Dieu visite Noé et lui dit : Une fois encore, la terre est devenue invivable et surpeuplée. Construis une arche et rassemble un couple de chaque être vivant ainsi que quelques bons humains. Dans six mois, j'envoie la pluie durant quarante jours et quarante nuits, et je détruis tout !!! Six mois plus tard, Dieu retourne visiter Noé et ne voit qu'une ébauche de construction navale. Mais, Noé, tu n'as pratiquement rien fait ! Demain il commence à pleuvoir! Pardonne-moi, Tout Puissant, j'ai fait tout mon possible mais les temps ont changé: J'ai essayé de bâtir l'arche mais il faut un permis de construire et l'inspecteur me fait des ennuis au sujet du système d'alarme anti-incendie. Mes voisins ont créé une association parce que la construction de l'échafaudage dans ma cour viole le règlement de copropriété et obstrue-leur vue. J'ai dû recourir à un conciliateur pour arriver à un accord. L'Urbanisme m'a obligé à réaliser une étude de faisabilité et à déposer un mémoire sur les coûts des travaux nécessaires pour transporter l'arche jusqu'à la mer. Pas moyen de leur faire comprendre que la mer allait venir jusqu'à nous. Ils ont refusé de me croire. La coupe du bois de construction navale s'est heurtée aux multiples Associations pour La Protection de l'Environnement sous le triple motif que je contribuais à la déforestation, que mon autorisation donnée par les Eaux et Forêts n'avait pas de valeur aux yeux du Ministère de l'environnement, et que cela détruisait l'habitat de lusieurs espèces animales. J'ai pourtant expliqué qu'il s'agissait, au contraire de préserver ces espèces, rien n'y a fait. J'avais à peine commencé à rassembler les couples d'animaux que la SPA et WWF me sont tombés sur le dos pour acte de cruauté envers les animaux parce que je les soustrayais contre leur gré à leur milieu naturel et que je les enfermais dans des pièces trop exiguës. Ensuite, l'agence gouvernementale pour le Développement Durable a exigé une étude de l'impact sur l'environnement de ce fameux déluge. Dans le même temps, je me débattais avec le Ministère du Travail qui me reprochait de violer la législation en utilisant des travailleurs bénévoles. Je les avais embauchés car les Syndicats m'avaient interdit d'employer mes propres fils, disant que je ne devais employer que des travailleurs hautement qualifiés et, dans tous les cas, syndiqués. Enfin le Fisc a saisi tous mes avoirs, prétextant que je me préparais à fuir illégalement le pays tandis que les Douanes menaçaient de m'assigner devant les tribunaux pour "tentative de franchissement de frontière en possession d'espèces protégées ou reconnues comme dangereuses". Aussi, pardonne-moi, Tout Puissant, mais j'ai manqué de persévérance et j'ai abandonné ce projet. Aussitôt les nuages se sont dissipés, un arc-en-ciel est apparu et le soleil a lui. Mais tu renonces à détruire le monde ? demanda Noé - Inutile, répondit Dieu, l'administration s'en charge.........

Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 09:56
Un horodateur recouvert de goudron et de plumes à Paris - planet
Un automobiliste, sûrement mécontent de l'augmentation du coût des PV, a goudronné et recouvert de plumes un horodateur du XIVe arrondissement de Paris. En voilà un qui ne veut pas être plumé !
Mots-clés : plumes farce gag horodateur auto
Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 18:16

Cette année "LES LISEURS" reviennent sur le festival en ayant concocté un cocktail Sud-Américain. Ils vous invitent à venir le savourer avec eux. Vous goûterez au style flamboyant de Gabriel Garcia-Marquez et de Mario Vargas Llosa, tous deux Prix Nobel de Littérature, mais aussi à de belles surprises avec Julio Cortazar, Zoé Valdes, Luis Sepulveda et bien d'autres encore.

Des Antilles à la Terre de Feu, des plumes d'écrivains flamboient vous disent l'amour, le voyage, le rêve, la peur ou la mort. Elles vous disent que toutes les émotions sont dans les livres...
Lectures-Spectacle donné le Jeudi 25 et Vendredi 26 à 18heures, ainsi que le Samedi 27 Août à 14h30, dans la cour de l'Hôtel Lariboisière (01 rue Lesueur).
Entrée gratuite.Projet3
Repost 0
Jean- François Helleux - dans Bretagne
commenter cet article
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 14:06
Malgré son polo « High speed » (haute vitesse), Noël ne peut rouler à 118 km/h. Ouest-France
 
D'après la contravention, le deux-roues du retraité morbihannais aurait circulé sur une autoroute de l'Est de la France...
L'histoire

« C'est aberrant ! C'est même abracadabrant ! » Vendredi, Noël Boullé, un agriculteur à la retraite des Forges, une petite commune morbihannaise entre Loudéac et Josselin, a eu une drôle de surprise en ouvrant son courrier. Un avis de contravention l'informe que, le 11 août, son bon vieux vélomoteur a été flashé à 118 km/h, au lieu des 110 autorisés, sur l'autoroute A 31, au Nord de Metz, en Moselle...

Son nom, l'immatriculation, la marque du cyclo, tout paraît correct. Du coup, il doit payer une amende de 68 € et se verra retirer un point sur son permis de conduire... « Mais je n'ai pas de permis, et ce n'est pas à 65 ans que je vais le passer ! », peste le retraité qui ne quitte jamais sa campagne morbihannaise. « Aller sur une autoroute en cyclomoteur, c'est interdit ! Tout au plus, je vais à Ploërmel par les petites routes. Alors me rendre dans l'Est de la France, ça fait un peu loin. Mon cyclomoteur ne supporterait pas un tel voyage ! »

Quant à la vitesse enregistrée, il doute des performances de sa monture, une Peugeot Vogue vieillissante qu'il avait achetée pour aller travailler dans les fermes du secteur : « Le plus vite que je peux aller avec mon engin, c'est 40 km/h, voire un peu plus, dans une descente, avec le vent dans le dos. »

Noël Boullé pense que sa plaque d'immatriculation a été usurpée. Il va contester avoir commis l'infraction auprès du Centre automatisé de constatation des infractions routières de Rennes. La photo prise par le radar permettra d'y voir plus clair.

 

 

Olivier CLÉRO. Ouest-France
Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article