Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-François Helleux
  • Le blog de Jean-François Helleux
  • : Ce blog est destiné à toutes les personnes qui souhaiteront avoir de mes nouvelles ou tout simplement me lire. Lecture, écriture, histoire ...
  • Contact

Profil

  • Jean- François Helleux

Nombre de visiteurs

Recherche

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog

Catégories

6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 23:08

Samedi, jour de marché

Si vous ne voulez pas être trompé

Allez chez Philippe et Annie

Vous en serez ravis.

Ambiance du marché de Fougères
Ambiance du marché de Fougères
Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 18:32
Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 19:27

Les Restos du cœur ont retiré la photo de l'humoriste Coluche, suite au contentieux judiciaire engagé par le photographe Gaston Bergerer, auteur de la photo, qui dénonce une exploitation abusive de son art.

Imbroglio autour d'une vielle photo

Utilisée depuis la création des Restos du cœur en 1985, la photo de Coluche servait de support de communication. Mais après la plainte déposée par M. Bergerer pour contrefaçon, l'association ne peut plus utiliser librement cette célèbre photo utilisée en mémoire de son fondateur.

Selon les informations, G. Bergerer réclamerait un dédommagement financier et un droit d'auteur pour l'utilisation du cliché. En justificatif, il déclare que l'exploitation commerciale de son travail est maintenant dépassée, en précisant que l'autorisation orale donnée en 1986, pour son usage, ne concerne que son affichage sur les lieux des repas.

Pas un seul centime !

Les Restos du cœur, ne comptent ni dédommager, ni payer des droits d'auteur à M. Bergerer, car en plus de ne pas disposer de la somme réclamée, ils s'appuient sur l'accord verbal conclu par Coluche et le photographe en 1986.

Il autoriserait l'association à afficher la photo sur les lieux de distribution de repas sous réserve qu'elle ne soit pas dénaturée et qu'y soit crédité le nom du photographe, indique le Figaro.

Alors que la procédure judiciaire est en cours, tous les clichés auraient été remplacés dans les centres, par les portraits de bénévoles et le message « on compte sur vous », écrit par Coluche.

Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 12:03

Je viens de lire le premier tome des "Chroniques d'Arcturus" Skinn Mac Dana écrit par Gilles Servat (éditions l'Atalante) et j'en redemande.

Gilles Servat nous dépeint un monde imaginaire, fantastique dans lequel se démène ses héros dans la pure tradition celtique. Une épopée euphorisante qu'il faut à tout prix lire. Ce livre écrit avec beaucoup de poésie nous entraîne ailleurs dans un monde imaginaire qui envoûte. Je le recommande à tous les amateurs de légende celtique ou tout simplement tous les amoureux d'aventures.

Le deuxième tome que je vais m'empresser d'acheter s'appelle : "La navigation de Myrdhinn"

Les Chroniques d'Arcturus de Gilles Servat
Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 11:14

Le 30 juin 1941, le Maréchal Pétain, chef d'un État soumis à l'occupant nazi, signait le décret qui amputait la Bretagne en lui enlevant le département de Loire-Inférieure (aujourd'hui Loire-Atlantique)

Ce décret a créé un précédent pour maintenir la partition administrative de la Bretagne.

Nous appelons tous ceux qui refusent cette amputation contre nature et ce déni de démocratie, à un rassemblement symbolique :

Jeudi 27 juin à 18 heures

devant les Préfectures et Sous-Préfectures des 5 départements bretons

afin de commémorer ce triste anniversaire et rappeler que :

  • la séparation de la Loire-Atlantique du reste de la Bretagne a été maintenue arbitrairement et contre l'avis des élus et sans consultation des populations lors de la création des régions en 1972
  • les CG44 et 56 , le Conseil Régional de Bretagne et un grand nombre de municipalités ont votés des vœux en faveur de la réunification de la Bretagne.
  • L'amputation de la Bretagne affaiblit l'ensemble des 5 départements bretons en déstructurant les liens séculaires et les réseaux sportifs, culturels, médiatiques, économiques, universitaires et politiques

Nous exigeons de l’État qu'il condamne la « politique d'assimilation forcée » exercée par ses administrations et la région administrative dite des Pays de Loire envers les habitants de Loire-Atlantique

Nous demandons que le gouvernement entende notre revendication en permettant par la loi à un département de choisir sa nouvelle Région d’appartenance avec l’accord de celle-ci mais sans celui de la région qu’il veut quitter ni des départements qui la composent.

Est-ce trop demander à un gouvernement de respecter la volonté d’une population et de ses élus ? La prochaine discussion de l’acte 3 de la décentralisation sera l’occasion de relever le défi démocratique que nous lançons.

Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 11:53

Les habitants de l’Ille-et-Vilaine ont, depuis hier, un nom officiel : les Bretilliens. Un gentilé qui ne fait pas vraiment l’unanimité du côté des principaux intéressés.

Haut-Bretons ? Bretilliens ? Comment appeler les habitants d’Ille-et-Vilaine ? Jeudi 20 mars, les cinquante-trois conseillers généraux du département ont tranché : ce sera Bretilliens (sans accent s’il vous plaît). Le nom a remporté 38 voix, contre 12 pour « Haut-Bretons » (2 abstentions). Selon les informations recueillies par Ouest-France, les discussions entre élus ont été agitées. À raison, puisque le gentilé est loin d’avoir reçu un accueil chaleureux.

Ille-et-Vilaine : les internautes avaient voté pour « Breizh-Ilien »

Jusqu’ici, les habitants d’Ille-et-Vilaine n’avaient pas de nom officiel. « Il a paru nécessaire de rassembler ce département dynamique et de lier ses habitants avec une identité propre », explique au Figaro Clément Théaudin, le vice-président du conseil général.

L’idée de dénicher un gentilé vient du quotidien Ouest-France, qui a consulté de façon informelle ses lecteurs début 2012. 9 000 internautes ont participé à l’enquête. Parmi les dix propositions mises en avant par le journal, c’est le décalé « Breizh-Ilien » qui avait été le plus sollicité, en comptabilisant 38,5 % des voix.

> Lire aussi : Rennes et ses 2 000 ans d’histoire

Face au succès rencontré par l’opération, le conseil général a formé en janvier 2013 un comité d’experts, réunissant douze personnalités représentatives du département. Objectif : choisir un gentilé officiel aux habitants d’Ille-et-Vilaine. Trois noms ont été présélectionnés (Haut-Bretons, Bretilliens, Britilliens) puis transmis à la cinquième commission du conseil général, qui en a retenu deux (Haut-Bretons, Bretilliens).

Bretilliens : « Admettez que ça sonne bizarrement »

Le verdict est tombé hier : le gagnant est « Bretillien », contraction de « Bretagne » et d’ « Ille ». Bretilliens. Les principaux concernés ont dû mal à se faire ce nouveau nom. Les réactions ont été nombreuses hier, notamment sur Twitter :

Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 17:33
Fête médiévale à Fougères
Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 13:39
Les riches heures de Fougères
Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 18:43
Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 10:31

La recyclerie redonne une seconde vie à nos objets

A la déchetterie de l’Aumaillerie, une dizaine de salariés embauchés par Emmaüs trient et valorisent les objets sauvés du tout-venant. Lesquels sont ensuite revendus à Paron.

Deuxième volet d'une série de trois articles consacrés à la communauté d'Emmaüs.

Réparer, nettoyer... pour revendre

La recyclerie a été créée il y a plus de trois ans. Elle est située au sein même de la déchetterie, dans des locaux mis à disposition par le Smictom, le syndicat des ordures ménagères, à l'Aumaillerie.

Sa mission ? Récupérer les objets qui peuvent être réparés ou remis en état pour être vendus, ensuite, à la ferme Emmaüs de Paron. Pour l'usager, c'est très pratique, car cela permet de tout trier sur place : jeter ce qui peut l'être dans les bennes ou... donner à la recyclerie, pour que ces objets, dont on veut se débarrasser, retrouvent leur utilité auprès d'autres propriétaires.

Dix salariés

« Aujourd'hui, on y compte dix salariés, dont une grande majorité de femmes, qui ont signé avec Emmaüs un contrat d'insertion »,explique Jean-François Helleux, d'Emmaüs. Cette expérience leur permet de se remettre en condition de travail. Parmi la cinquantaine de personnes qui sont passées à la recyclerie depuis sa création, les parcours de vie sont très différents : mères de famille, longtemps arrêtées pour élever leurs enfants, jeunes ayant du mal à trouver un travail faute de qualification, seniors récemment licenciés... Pour se remettre en selle, tous bénéficient d'un accompagnement personnalisé pour les aider dans leurs recherches d'emploi.

Électroménager, mobilier, bibelots...

Du tournevis à la cire pour faire briller les meubles, « tout ce qui se trouve à la recyclerie, y compris nos outils de travail, a été récupéré sur place » précise Michel Clolus, l'encadrant technique.

Gazinières, fours, ordinateurs : l'électroménager est testé sur place, puis remis en état. « Une fois, des gens avaient jeté un lave-linge qu'ils croyaient cassé. En fait, il fallait juste ôter les pièces de monnaie qui obstruaient la pompe... » se souvient le responsable. Dans cet incroyable bric-à-brac, les « déchets » sauvés du tout-venant s'offrent une seconde vie. Bancs repeints, nounours recousus, grille-pain prêts pour de nouvelles tartines : ici, les objets tout comme le travail retrouvent de la valeur.

Samedi 1er juin, vente à la ferme de Paron de 10 h à 19 h. Ventes flash « au plus offrant » tout au long de la journée.

Claire ROBIN. Ouest-France

Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article