Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-François Helleux
  • Le blog de Jean-François Helleux
  • : Ce blog est destiné à toutes les personnes qui souhaiteront avoir de mes nouvelles ou tout simplement me lire. Lecture, écriture, histoire ...
  • Contact

Profil

  • Jean- François Helleux

Nombre de visiteurs

Recherche

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog

Catégories

7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 15:05

Le cœur

A quoi pensait-il donc

Le paroissien qui grava

Sur le banc de l’église

Un cœur ?

Dans ce lieu de paix

L’homme armé

D’une lame

Sculpta

Le symbole de sa passion.

Dans l’édifice dédié au Très-Haut

L’homme pensait

A son amante.

S’attira-t-il Les foudres du ciel ?

Je n’en crois rien.

L’église n’est-elle pas

La maison De l’Amour universel.

Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 09:49
Triste anniversaire

N'oublions pas que seuls les Etats Unis ont utilisé la bombe atomique. Relativisons donc notre vision de ce Pays dit "civilisé"

Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 19:16
Handicapé
Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 12:37

Mon illustre ami,

Si le radical, c’est l’idéal, oui, je suis radical. Oui, à tous les points de vue, je comprends, je veux et j’appelle le mieux ; le mieux, quoique dénoncé par le proverbe, n’est pas ennemi du bien, car cela reviendrait à dire : le mieux est l’ami du mal. Oui, une société qui admet la misère, oui, une religion qui admet l’enfer, oui, une humanité qui admet la guerre, me semblent une société, une religion et une humanité inférieures, et c’est vers la société d’en haut, vers l’humanité d’en haut et vers la religion d’en haut que je tends : société sans roi, humanité sans frontières, religion sans livre. Oui, je combats le prêtre qui vend le mensonge et le juge qui rend l’injustice. Universaliser la propriété (ce qui est le contraire de l’abolir) en supprimant le parasitisme, c’est-à-dire arriver à ce but : tout homme propriétaire et aucun homme maître, voilà pour moi la véritable économie sociale et politique. Le but est éloigné. Est-ce une raison pour n’y pas marcher ? J’abrège et je me résume. Oui, autant qu’il est permis à l’homme de vouloir, je veux détruire la fatalité humaine ; je condamne l’esclavage, je chasse la misère, j’enseigne l’ignorance, je traite la maladie, j’éclaire la nuit, je hais la haine. Voilà ce que je suis, et voilà pourquoi j’ai fait Les Misérables. Dans ma pensée, Les Misérables ne sont autre chose qu’un livre ayant la fraternité pour base et le progrès pour cime. Maintenant jugez-moi. […]

Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 16:58
Pig art à FougèresPig art à Fougères
Pig art à FougèresPig art à Fougères
Pig art à FougèresPig art à Fougères
Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 16:55
Cours de langue de bois
Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 18:44
Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 09:18
Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 19:36

Sur le chemin

(Dédié à Marc Baron)

Aujourd’hui, Poète,

J’ai emprunté ton chemin

Et, je me suis perdu

Dans tes mots,

Dans ta musique.

Agréable chemin

Bordé de phrases tournées,

De couleurs,

De questions, d’incertitudes,

De rires et de larmes.

Simplement, de vie.

Un jour, ce chemin

Je le ferai mien.

J’y sèmerai mes mots

J’y disperserai mes couleurs

Et, peut-être

Arriverai-je

A transmettre ma vie.

Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 19:00

Ombre blanche

Sur un mur blanc,

Elle est entrée dans la chambre.

Je ne vois que son sourire.

Je n’entends que ses mots apaisants.

Elle s’assoit sur mon lit

Et me prend doucement le bras,

Le comprime avec un élastique.

Sa main leste tapote,

Puis, doucement, elle insère l’aiguille.

Sa voix douce me rassure.

Je ne bouge pas.

Je fixe le liquide rouge

Qui s’enfuit de mon corps.

La récolte est terminée.

Elle me tend un coton.

Tâche rouge sur le tissu immaculé.

Munie de sa précieuse éprouvette,

Elle quitte la chambre.

Je plonge dans le sommeil.

Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article