Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-François Helleux
  • Le blog de Jean-François Helleux
  • : Ce blog est destiné à toutes les personnes qui souhaiteront avoir de mes nouvelles ou tout simplement me lire. Lecture, écriture, histoire ...
  • Contact

Profil

  • Jean- François Helleux

Nombre de visiteurs

Recherche

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog

Catégories

16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 14:04
Alors que nous allons fêter le vingtième anniversaire de la chute du "Mur de Berlin", dans une autre partie du monde un autre mur s'érige. L'histoire bégaie parfois atrocement. 

Le mur de Berlin

Ce mur a été édifié en plein Berlin pendant la nuit du 12 au 13 août 1961 suscitant la réprobation des puissances occidentales. La RDA tente ainsi de mettre fin, avec l'appui du Pacte de Varsovie, à l'exode croissant de ses habitants vers la RFA. Le mur sépararant physiquement la ville en « Berlin-est » et « Berlin-ouest », est pendant près de trente ans le symbole de la guerre froide et de la partition de l'Allemagne à l'issue de la seconde guerre mondiale. Plusieurs centaines de ressortissants de la RDA ont perdu la vie en essayant de le franchir, les gardes-frontière est-allemands et soldats soviétiques n'hésitant pas à tirer sur les fugitifs.

L'affaiblissement de l'Union soviétique, la politique de libéralisation conduite par Gorbatchev et la détermination des Allemands de l'Est qui ont organisé de grandes manifestations permettent, le 9 novembre 1989, d'abattre le « Mur de la honte » ; leur élan a suscité l'admiration du «monde libre ». Cet événement a conduit à la réunification de l'Allemagne. Bien que détruit presque totalement, le Mur reste un lieu de mémoire


Le mur israélien

La barrière de séparation israélienne a été construite par Israël en Cisjordanie sous le nom de « clôture de sécurité », dans le but officiel d'empêcher physiquement toute « intrusion de terroristes palestiniens » en Israël. Cette construction, dont le tracé de près de 700 km est controversé et n'a pas été foncièrement modifié malgré les pressions internationales, consiste dans sa longueur en une succession de murs, de tranchées et de portiques électroniques. En 2005, la Cour internationale de justice a jugé cette construction contraire au droit international.

Le projet a suscité une grande controverse entre Israël qui y voit officiellement une protection supplémentaire apportée par cette construction depuis le déclenchement de la seconde intifada et les détracteurs de l'édifice, qui l'appellent le « mur de la honte ». Ils dénoncent l'atteinte aux droits de l'homme qu'il représente et y voient une tentative d'annexion de territoires, son tracé plaçant de fait une partie des territoires palestiniens occupés de Cisjordanie du côté israélien.

Sources : Wikipedia



Repost 0
Jean- François Helleux - dans Histoire
commenter cet article
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 18:20

Lors de la révolte de 1875 contre la noblesse, dite des « Bonnets rouges », les conjurés établirent le Code paysan.

On y trouve un article qui donne la solution aux différences de classe de la société. Je le cite : « Pour affirmer la paix et la concorde entre gentilshommes et paysans, il sera procédé à des mariages mixtes. Les filles nobles épouseront des garçons campagnards. Ceux-ci, ainsi que les enfants qui naîtraient de ces unions, seraient anoblis de ce fait »

 

En clair pour supprimer les divisions entre la noblesse et le peuple, faire en sorte que tous soient nobles. Ainsi, plus de problèmes !

 

Vous ne serez pas surpris si je vous dis que cette solution ne fut pas retenue et que la répression ordonnée par Versailles fut terrible.  

Info : L'Almanach breton

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Histoire
commenter cet article
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 10:58

« Nous rêvons une vie, nous en vivons une autre, mais celle que nous rêvons est la vraie. »

J. Guéhenno  - La Foi difficile

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Jean Guéhenno
commenter cet article
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 12:44
Sur le site du stade rennais :

O Breizh, ma Bro, me gar ma Bro », « O Bretagne, mon pays, que j'aime mon pays ». Retenez bien cette phrase car le Stade Rennais F.C. a décidé de mettre à l’honneur l’hymne breton chaque soir de match à domicile : « La Bretagne est une terre de football et le Stade Rennais est fier d’être l'un de ses porte-drapeaux » explique
Frédéric de Saint-Sernin, le Président du club breton.

Inspiré de l’hymne gallois (Hen wlad fy nhadau), le « Bro Gozh ma Zadoù », a repris de la voix en mai dernier lors de la finale de la Coupe de France face à Guingamp. Un souvenir marquant que le Stade Rennais F.C. a souhaité revoir cette fois-ci dans son enceinte.

« Nos supporters et les Bretons en général sont attachés à leur identité. Il n’y a qu’à voir le nombre de drapeaux les soirs de matchs » poursuit le Président rennais « Le SRFC est un club qui souhaite avancer en affichant son identité bretonne. En signant au Stade Rennais, les joueurs doivent savoir qu’ils arrivent dans un club à forte identité régionale. »

Pour la grande première au Parc des sports de la route de Lorient, Alan Stivell, comme au Stade de France, sera présent au milieu de la pelouse. : « Le Bro Gozh chanté a capella fut un beau moment de communion » se souvient le barde breton « Voir ce Stade de France complètement rempli de Gwenn-ha-du, c'est évident que ça marque.  C'est quand même quelque chose de symbolique pour les Bretons ! J’espère que l’hymne joué dimanche portera chance aux « Rouge et Noir » tout au long de la saison ! »


Repost 0
Jean- François Helleux - dans Bretagne
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 15:39

Depuis toujours les clowns m’ont fasciné. Enfant, leurs tours, leurs pitreries me faisaient rire mais, quand je les approchais de trop près, je pouvais en être effrayé.

 

Devenu adulte, les clowns m’amusent toujours autant, et c’est avec passion que je reste ébahi devant leurs spectacles. Mais j’ai toujours été intrigué par l’homme qui vivait derrière le masque. Qu’y était-il ?

 

Mais ma vision des clowns s’est élargie et je la transpose sur ma vision du monde et des humains qui l’habitent. Ne sommes nous pas tous quelque part des clowns ? Ne jouons nous pas parfois un rôle qui, à bien y réfléchir, est parfois ridicule ? Par pudeur, par provocation, par peur, ou tout simplement pour vivre en paix au sein de la société, ne nous cachons nous pas derrière un masque ?

 

Le monde est ainsi fait que tout être humain passe une partie de sa vie à jouer un rôle pour les autres, pour sauver les apparences. Cette tranche de vie abritée derrière un masque, n’est-ce pas notre part de clownerie ? 

 

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 15:08
Sur le site de Ouest France du lundi 7 septembre 2009

"Visite de Nicolas Sarkozy à Faurecia : des salariés choisis selon leur taille ?

"A part celles des ministres, aucune tête ne dépasse." constate un reportage de la télévision belge RTBF. Une ouvrière de l'usine Faurecia de Caligny près de Flers, reconnaît, dans ce reportage, avoir été sélectionnée en fonction de sa petite taille, pour passer à l'image avec le président de la République, lors du passage du chef de l'Etat, jeudi, dans l'Orne.

La direction de Faurecia ne commente pas, l'Elysée dément

Interrogée dimanche sur l'existence d'un critère de taille pour sélectionner les salariés placés de façon à se trouver derrière le président, l'un des responsables de Faurecia de Caligny s'est borné à déclarer : "La direction de Faurecia ne souhaite pas commenter cette information".

L'Elysée a quand à lui qualifié cette information de "totalement saugrenu et grotesque" et a démenti les insinuations selon lesquelles une salariée aurait été choisie en fonction de sa taille."

Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 20:07
En ce début de week end, un petit air de musique :

 
Repost 0
Jean- François Helleux - dans Bretagne
commenter cet article
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 19:53
Un article de Ouest france du 31 août :

"Mon papa, il est policier...

Vous connaissez ce dialogue de cour de récréation : « Mon papa il est policier et il va venir t'arrêter. » Généralement, quand deux gamins se chamaillent, l'histoire s'arrête là. Mais pas pour Monika Kretzmer, petite Allemande de 5 ans... Premier épisode : elle est ramenée chez elle par le chef de la police locale au motif qu'elle jouait un peu trop brutalement avec le fils du chef en question. Quelques jours plus tard, alors qu'elle se promène avec sa mère en ville, elle montre du doigt le policier. Furieux, celui-ci dépêche chez la fillette une escouade d'agents pour avertir les parents du comportement « antisocial » de Monika. Les parents ont déposé plainte auprès du ministère de l'Intérieur."

On ne plaisante pas avec ces gens-là...
Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 17:45
Où va notre monde ? Dans la rubrique des informations à scandale en voici une extraite du Figaro :

"La firme italienne Tigros lance une loterie avec un poste en CDD à la clé pour chacun des dix gagnants.

«J'ai fait les courses et j'ai trouvé un travail», s'exclame une jeune femme sur les affiches publicitaires de Tigros, une société détenant 59 supermarchés en Italie du Nord. Pour fêter son trentième anniversaire, la firme italienne organise une loterie dont les gagnants décrocheront des emplois au sein de l'entreprise. Les heureux élus signeront des contrats à durée déterminée d'une durée d'un an en tant que magasinier ou cariste, pour un salaire de 1.100 à 1.200 euros nets mensuels. A l'issue des CDD, les salariés seront embauchés définitivement sauf en cas de «problème de discipline», a assuré à l'AFP Stefano Trentini, responsable de la communication de Tigros, entreprise qui compte 1.200 salariés.

 

Les syndicats outrés

 

Le règlement du concours prévoit que les participants détiennent la carte fidélité du magasin et réalisent au moins 30 euros d'achats dans le magasin. Le syndicat CGIL (gauche) a dénoncé cette initiative en estimant qu'elle «instrumentalise le côté dramatique de la crise économique». «Il n'est pas dans notre intention d'offenser qui que ce soit» a répondu Stefano Trentini, qui assure que les clients et les salariés sont très satisfaits de cette initiative cocasse. Depuis le début de la crise, le taux de chômage a grimpé à 7,3% en Italie au premier trimestre 2009. Les demandeurs d'emploi n'ont plus qu'à compter sur leur chance."

Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 19:51

Hier après-midi, l'adjoint au maire Lucien Laplanche et le chef de la police municipale ont fait entendre raison à Alain Salaver. Les échanges ont été musclés. Ça fait 10 ans qu'il joue avec les nerfs des riverains de la rue de l'Horloge. Hier, le vielleux Alain Salaver, a été verbalisé par la police municipale. Hier, rue de l'Horloge. Comme tous les matins de l'été, Alain Salaver installe sa vielle. Il joue. Comme tous les jours, le son lancinant de l'instrument traditionnel envahi la rue. Sauf qu'on est le 1er septembre et que l'arrêté municipal autorisant la musique dans les rues s'arrête le 31 août au soir. La police municipale ne tarde pas. À 11 h 15, une policière demande au vielleux d'arrêter. Il refuse. La policière sort son carnet et donne une contravention de 11 €. Les riverains sont ravis. Alain Salaver alerte la presse. Clame son bon droit. « Je joue sur le domaine public. Sans arrêté municipal, j'ai le droit de jouer où et quand je veux. » Têtu, il annonce qu'il va continuer à jouer dès l'après-midi, quitte à recevoir une autre contravention. Les touristes interpellent les élus Rue de l'Horloge à 14 h, donc. Alain Salaver recommence à jouer. Les commerçants frôlent l'apoplexie. « Faites-le taire, on n'en peut plus », scande l'un. « C'est scandaleux. Déjà qu'on doit se le « coltiner » tout l'été. Là, c'est trop », lance un autre. Ils sont plusieurs sur le pas de leur porte. Unanimes. Tous ont leur téléphone à la main. Le stand de la mairie surchauffe. La mairie envoie alors la grosse artillerie : le chef de la police municipale accompagné de Lucien Laplanche, l'adjoint à la circulation. Ils sortent en trombe de la voiture. Les échanges sont vifs. « Il faut arrêter maintenant, lance l'élu. C'est fini. Et vous le savez bien. Je vous avais donné l'arrêté en main propre en juin vous disant que vous ne pouviez plus jouer en septembre. » Le vielleux reste impassible. « Vous ne pouvez pas interdire à un musicien de jouer sur le domaine public. » Le policier municipal garde son calme. « Mais oui, justement. Personne n'a le droit de stationner dans la rue toute la journée. Sans autorisation du maire, c'est interdit. Imaginez que tout le monde se mette à jouer n'importe où. Ce serait la cacophonie. » C'est rapidement l'attroupement. Les touristes interpellent Lucien Laplanche. « C'est lamentable d'interdire de jouer de la musique, bretonne de surcroît, dans la rue », réagit une dame du Pas-de-Calais. L'adjoint leur explique que la musique est autorisée du 15 juin au 31 août. « Mais nous sommes en septembre. Nous avons reçu une cinquantaine d'appels téléphoniques depuis ce matin. Et il y a même une pétition de riverains qui circule pour interdire la musique, même l'été. » Justement, un commerçant s'en mêle. « Cinq minutes, ça va, lance-t-il aux touristes. Mais nous, on l'a toute la journée. Après une demi-heure, il y a de quoi devenir fou. » Après un bon quart d'heure de discussion, Alain Salaver jette l'éponge. « Bon d'accord, j'arrête. Je ne veux pas faire de problème. Mais je recommencerai l'an prochain. » Il remballe son instrument. Les commerçants lèvent le pouce en signe de victoire. Lucien Laplanche est soulagé. Jusqu'à l'année prochaine.

Jean-Valéry HÉQUETTE. Ouest-France
Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article