Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-François Helleux
  • Le blog de Jean-François Helleux
  • : Ce blog est destiné à toutes les personnes qui souhaiteront avoir de mes nouvelles ou tout simplement me lire. Lecture, écriture, histoire ...
  • Contact

Profil

  • Jean- François Helleux

Nombre de visiteurs

Recherche

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog

Catégories

26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 20:20
En attendant la réponse au jeu (mercredi) un petit clin d'oeil à Mima. Ici aussi la forêt est habitée par d'étranges animaux :



Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 10:31
Pas d'idées pour la photo ?

Je vous donne un indice : c'est un bâtiment public
Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 20:07

Je vous soumets une photo qui a été prise à Fougères en début de semaine :


Pouvez vous me dire sur quel bâtiment a été prise cette photo ?

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 14:08

Tout le monde connaît aujourd'hui les vertus relaxantes de la thalassothérapie. Mais bien peu savent à quel point cette pratique s'ancre dans le paysage breton. Nominoé, le premier roi de Bretagne, ne prenait-il pas déjà des bains de boue dans la Laïta ? Mais le véritable inventeur de la "thalasso" moderne est le docteur Louis Bagot, né à Broons, dans ce qu'on nommait alors les Côtes du Nord. C'est lui qui créa, en 1899, à Roc'h Kroum en Roscoff, un établissement qui soignait par des bains d'eau de mer chauffé à 37°C, des malades atteints de rhumatismes aigus. Aujourd'hui, sur une centaine de centre de thalassothérapie répertoriés dans le monde, plus de la moitié sont installés en France, dont une grande partie sur les côtes bretonnes !

Source : l'Almanach breton

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Histoire
commenter cet article
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 08:34

La crèche Émile-Zola de Carpentras vient de changer de nom, jugeant «peu valorisante» la référence à un écrivain dont l'oeuvre est particulièrement sombre.

 


 

La littérature peut provoquer des dommages pour l'équilibre psychique des enfants. Sans doute va-t-il falloir obliger les éditeurs à intégrer cette mention sur la couverture des ouvrages. La crèche Émile-Zola accueille depuis quarante ans les bambins d'un quartier de Carpentras. Mais le conseil municipal, pour cet anniversaire, vient de décider de débaptiser la crèche. Le motif ? Le «misérabilisme» associé au nom de l'écrivain «démoraliserait» les personnels.

La mairie, passée à gauche aux dernières élections municipales, se défend d'avoir voulu effacer le nom du grand auteur, qui demeure associé à la rue et au quartier alentour. Mais on souligne qu'il s'agit là d'une vieille demande du personnel, qui voit dans l'expression consacrée «une enfance à la Zola», une référence «peu valorisante». Émile Zola, le récit de la misère ouvrière, le déterminisme social… Voilà qui pourrait même, si l'on n'y prend garde, avoir une influence néfaste sur le moral des pauvres petits. Qui sait si ce stigmate précocement apposé ne mettrait pas en danger la réussite future des enfants ? Le sujet mériterait une étude scientifique.

Laissant l'écrivain dreyfusard à ses vieilles lunes littéraires, le personnel et les parents ont donc voté pour un nom qui laisse espérer pour les chères têtes blondes un avenir plus rose : les «Petits Berlingots».

Source : Le Figaro du 20 octobre 2009

Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 14:39

Un petit clin d'oeil à Mima (http://mimaboutdebois.over-blog.com/), l'amoureuse du bois et des arbres



"Mais à quoi pensait-il celui qui à construit ce mur ? Croignait-il que, à tout jamais, je resterai enserré dans ce carcan de pierre ? Il n'en est rien... Avec tenacité, acharnement, tous les ans, je pousse ces bloc qui m'oppressent et m'emprisonnent. Je veux vivre, je veux respirer, je veux ma liberté...


Et puis, gens de la ville, de mon oreille collée à mon tronc, je vous écoute. A chacun de vos propos je réagis. Je frémis lorsque vous riez, je tremble quand vous hurlez. A l'écoute de vos pleurs, de vos joies et de vos colères, je vis votre vie, je suis un arbre de la ville et j'en suis fier. " 
  
Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 19:06



"Ne me regardez pas ! Vous allez me faire repérer. Il n'a pas vu le mec du manège que je lui piquai un vélo"

Repost 0
Jean- François Helleux - dans Ecriture
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 22:53

Samedi 25 octobre : Changement d'heure

Comme moi vous vous posez certainement à chaque fois la même question lorsque vient le temps de changer l'heure: "On avance ou on recule ?"

Voici un truc infaillible :

- Octobre se terminant par : RE : on REcule l'heure
- Avril commençant par AV : on AVance l'heure

Essayez de vous en souvenir.  

Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 18:22
Lu dans le journal Ouest france du 17 octobre 2009 :

"L'histoire se passe à Radolfzell, près du lac de Constance en Allemagne. Une salariée de 58 ans, employée depuis dix sept ans, n'a pas le temps de manger entre son service et sa formation de l'après-midi. Elle avale quelques Maultaschen, des raviolis souabes laissés par une personne âgée. Un "vol" d'un montant de 3 à 4 €. L'employeur, un peu gêné aux entournures lui propose 25 000 € pour partir sans faire de vagues. L'employée, qui a sa dignité, refuse. Résultat : l'affaire vient devant le tribunal. Il juge les licenciement correct parce que l'intérêt du patron à se séparer de son employée est supérieur à celui qu'avait cette quinquagénaire à conserver son travail. Et c'est à l'employeur de décider seul de ce qu'il fait de sa propriété." 
Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 17:41

L'histoire se passe à Dortmund, en Allemagne. Après avoir travaillé pendant 34 ans dans la même société, Magdalene a été licenciée pour avoir mangé la boulette du chef. Elle a été surprise en train de voler une boulette de viande et une fricadelle, sur le buffet réservé aux cadres de la société.

Elle a été surprise en train de voler une boulette de viande et une fricadelle, sur le buffet réservé aux cadres de la société. Son supérieur a estimé qu’il y avait là  une rupture de confiance. Mardi, Magdalene a porté son cas devant le Tribunal du travail de Dortmund. La juge a proposé que l’affaire se termine par un simple avertissement. Mais le patron est resté sur sa décision. Il y aura donc un procès en janvier.

 
Sources :
http://www.lepost.fr/article/2009/10/08/1732266_licenciee-pour-avoir-mange-la-boulette-du-chef.html

Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article