Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-François Helleux
  • Le blog de Jean-François Helleux
  • : Ce blog est destiné à toutes les personnes qui souhaiteront avoir de mes nouvelles ou tout simplement me lire. Lecture, écriture, histoire ...
  • Contact

Profil

  • Jean- François Helleux

Nombre de visiteurs

Recherche

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog

Catégories

5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 00:14

BOGNY-SUR-MEUSE (Ardennes). Les gendarmes se sont mobilisés, mais il ne s'agissait que d'un patron « social » qui n'avait pas voulu que son ouvrier salisse l'habitacle de son automobile !

APRÈS COUP, certains événements font sourire. Mais sur le moment, ils ont plutôt tendance à provoquer l'émotion, voire la panique. Puis une certaine indignation. C'est ce qui s'est produit, hier matin, vers 9 heures, à Bogny-sur-Meuse, lorsqu'une accompagnatrice de bus scolaire n'en a pas cru ses yeux, en voyant passer, à vive allure, une Citroën C2, de couleur bleue avec, pendant hors du coffre, « deux jambes qui avaient l'air humaines, les pieds tournés vers le haut ».
Lorsqu'ils reçurent cette description insolite, sur le 17, accompagnée d'une invitation affolée à intervenir « au plus vite », les permanents du centre opérationnel de la gendarmerie, se demandèrent, durant un instant, s'ils n'avaient pas affaire à une de ces louftingues, qui encombrent régulièrement leurs lignes téléphoniques.
Mais, comme dans les minutes suivantes, plusieurs autres appels, tout aussi angoissés, leur décrivirent exactement la même scène, l'affaire fut, dès lors, prise très au sérieux et tous les moyens mis en œuvre, pour intercepter au plus vite le véhicule suspect. Avec l'hypothèse, d'ailleurs émise par l'un des appelants, qu'il pût s'agir d'un cadavre transporté en hâte, par un meurtrier présumé !
Ainsi, plusieurs patrouilles appartenant à la communauté de brigades de Nouzonville, mais aussi à la brigade des recherches, furent-elles mobilisées, simultanément, à la fois pour recueillir les témoignages précis des personnes ayant donné l'alerte et pour retrouver le mystérieux « corbillard ».
Il ne voulait pas d'un « pue la sueur »
Ce qui ne tarda pas à se produire. A l'énorme surprise du conducteur de la Citroën, ne s'attendant pas à se faire « serrer » brusquement par plusieurs véhicules bleus, gyrophares et deux-tons activés. Il est vrai que son émotion ne pouvait qu'être d'autant plus vive, qu'il n'avait absolument rien à se reprocher et qu'il n'avait tué personne. Encore que, dans un département de tradition ouvrière comme les Ardennes, ses pratiques d'un autre temps, aient tout de même de quoi surprendre. Voire choquer.
En effet, lorsque les gendarmes ont eu l'explication de tout ce psychodrame, ils sont restés quelque peu estomaqués. Le conducteur de la voiture n'était autre qu'un petit chef d'entreprise de Bogny, qui était allé récupérer un de ses ouvriers sur un chantier, pour l'emmener travailler sur un autre.
Or, comme celui-ci était quelque peu crotté, couvert de poussière de ciment et qu'il puait un peu fort la sueur, ce patron manifestement très « social », n'avait pas voulu qu'il s'installât dans l'habitacle de sa voiture, pour ne pas en salir les sièges, ni incommoder ses narines de l'odeur aigre de ses aisselles.
L'obligeant, dès lors, à voyager plié tant bien que mal dans le coffre de son véhicule. Avec tout de même une touche d'humanité, puisqu'il lui avait permis de laisser dépasser ses jambes au dehors, tout en laissant le hayon entrouvert, pour qu'il puisse respirer, en le fixant par des sandows !
G.G.-M.

 

Sources : l'Ardennais 23 juin 2010

Partager cet article

Repost 0
Jean- François Helleux - dans articles humeur
commenter cet article

commentaires