Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-François Helleux
  • Le blog de Jean-François Helleux
  • : Ce blog est destiné à toutes les personnes qui souhaiteront avoir de mes nouvelles ou tout simplement me lire. Lecture, écriture, histoire ...
  • Contact

Profil

  • Jean- François Helleux

Nombre de visiteurs

Recherche

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog

Catégories

15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 19:01

L’Union Européenne interdit la galette-saucisse en ville à partir de 2018

Cette nouvelle norme relative à la préparation de la galette-saucisse se trouve peu, voire pas médiatisée. C’est dans une indifférence quasi générale que le couperet est tombé : une directive ahurissante venue tout droit de Bruxelles, adepte des normes hygiénistes, interdirait dans un futur proche la galette-saucisse telle qu’on la déguste aujourd’hui. Les lobbies agroalimentaires ont-ils encore fait pression ? C’est probable, mais pas seulement

« Inapplicable » ! C’est ce qu’aurait déclaré la maire de Rennes, Nathalie Appéré, lors du dernier conseil municipal à l’annonce de cette mesure prise à Bruxelles en catimini et dans un silence assourdissant des médias locaux et nationaux. D’après nos sources, l’équipe municipale aurait demandé aux médias de ne pas diffuser cette information afin de ne pas provoquer la colère des Bretilliens et dans l’attente de pouvoir – peut-être – faire reculer les hauts fonctionnaires en place à la commission européenne. La rédaction d’Unidivers a pourtant décidé à l’unanimité de diffuser cette information dans ce souci de transparence qui caractérise notre conception de la presse.

La galette-saucisse : une tradition de Haute-Bretagne

Petites précisions pour nos lecteurs qui n’auraient pas la chance de connaître cette spécialité culinaire, emblème de notre gastronomie locale. La galette-saucisse est composée d’une galette de blé noir (sarrasin) et d’une saucisse grillée de porc. Appelée également « robiquette », en référence au lieu-dit de la Robiquette à Saint Grégoire où un restaurateur proposait, dès les années 20, des galettes-saucisses aux supporters rennais qui rejoignaient le Stade.

Pourquoi cette interdiction (partielle) ?

D’abord, il faut rappeler que ce n’est guère la première fois que les autorités locales doivent résister pour préserver nos traditions culinaires. En effet, un arrêté ministériel du gouvernement de Vichy, paru au Journal officiel du 29 juin 1944, interdit la fabrication, la vente et la consommation de crêpes ou de galette de sarrasin, sauf autorisation spéciale du préfet. Motif : pénurie de combustibles. Heureusement le préfet régional usant de son pouvoir décisionnaire alla à l’encontre de l’arrêté ministériel : Considérant que la galette de sarrasin est une denrée traditionnelle de la Bretagne, Mr le Préfet régional, usant de la faculté qui lui est ainsi donnée, vient, par arrêté en date du 1er juillet, d’autoriser la fabrication et la vente des crêpes et galettes de sarrasin comme par le passé.

Mais revenons aux raisons invoquées pour justifier la future interdiction : d’une part les problèmes de pollution liés à la concentration de barbecues dans les endroits festifs tels que les abords du Roazhon Park (Stade Rennais), dans les braderies et pendant toutes les manifestations locales, mais également les problèmes sanitaires. Pollution olfactive d’abord (une pollution tout de même assez subjective) et pollution atmosphérique : les mesures de l’organisme Air Breizh sont formelles, le risque pour les enfants et les personnes fragiles, comme les personnes âgées, de développer des maladies pulmonaires est très élevé lors des rassemblements festifs, bretilliens notamment. Xavier Baron, porte-parole EELV Rennes, déclare à propos des résultats mesurés : Il apparaît essentiel que toutes les mesures environnementales faites pour le compte de l’État et des collectivités locales soient systématiquement en libre accès pour les citoyens. Les écologistes ont déjà demandé à plusieurs reprises que ces données soient ouvertes.

Il est fort probable que l’association Écologie sans frontière (ESF) ne soit pas étrangère à cette mesure, elle qui avait voulu faire interdire les feux de cheminée en Ile de France l’hiver dernier et avait dénoncé : Un recul général de la défense de l’environnement au nom du refus de l’écologie punitive.

Cette même association qui avait d’ailleurs porté plainte contre X pour pollution atmosphérique. D’autre part, et on peut y voir certainement une forte pression des lobbies agroalimentaires évoquant un fallacieux problème d’hygiène qui serait dû notamment : Aux méthodes inadéquates de manipulation, préparation, stockage, conservation et cuisson des saucisses. On sait par ailleurs que les salmonelles sont une des principales causes de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) en France. La Commission avait donc proposé, afin de supprimer les problèmes sanitaires évoqués précédemment (fumées nocives, salmonelles et même problèmes inhérents au barbecue notoirement cancérigène à cause du benzopyrène qui se dégage pendant la cuisson), d’interdire les barbecues (au gaz ou au charbon de bois) en zone urbaine dans un premier temps, mais d’autoriser la vente de galettes-saucisse sous vide en autorisant le « réchauffage » à l’aide de micro-ondes notamment. Les barbecues en zone rurale seraient encore tolérés (en attendant les résultats de Air Breizh).

Quelques réactions :

La SGSB : c’est tout naturellement que nous avons contacté le président de la SGSB (Sauvegarde de la galette saucisse bretonne) Monsieur Xavier Taheulle qui milite depuis 1994 pour préserver et améliorer la galette saucisse. Monsieur Taheulle était tout simplement effondré et a déclaré : Plutôt mourir la galette à la main que de céder aux lobbies de Bruxelles. Aujourd’hui la galette saucisse et demain le lait Ribot comme ils l’ont fait avec le fromage au lait cru* ? Une galette saucisse au micro-onde, non, mais vraiment c’est n’importe quoi !

Furieux, il a également déclaré qu’il allait préparer des actions coup de poing (dont il n’a pas précisé la nature), comptant sur la force de frappe de ses 3500 adhérents, mais également de toutes les bonnes volontés et a fini la conversation en ouvrant une bouteille de cidre.

Les clubs de supporters du Stade rennais : Nous avons réussi la gageure de réunir les présidents par visioconférence pour leur annoncer l’impensable nouvelle : tous ont unanimement déclaré qu’ils lanceraient un boycott massif du stade si la mesure était appliquée, les plus extrêmes proposaient également de poser des barricades devant le stade pour interdire l’accès au public. Une grande action de barbecues clandestins serait lancée dans toute la région. le CRP Bretagne : Philippe BIZIEN, Président du Comité Régional Porcin de Bretagne, conscient des conséquences économiques désastreuses qu’entraîneraient une telle mesure, nous a déclaré : L’avenir passera avant tout par le collectif et l’unité. Ne lâchons rien. La production porcine bretonne est probablement la mieux organisée en Europe.

Même dans les milieux artistiques, la colère gronde. Ar Furlukin, artiste en résidence à Rennes a déclaré: Cette mesure est tout simplement scandaleuse ! Si elle passe, pour moi les radis c’est fini ! Je m’engage solennellement à ériger une saucisse géante, délicatement enveloppée de sa galette, devant laquelle tous les Bretilliens pourront venir se recueillir.

Association la Terre d’abord : seule organisation favorable à l’interdiction globale des galettes-saucisses, même sous vide, elle espère que la commission ne pliera pas sous les menaces et persistera dans cette mesure qu’elle attendait depuis longtemps. Elle y voit les prémices d’une libération inconditionnelle des porcs bretons. Elle a le soutien du président de la commission européenne, Monsieur Jean-Claude Juncker, végan militant.

*Un excellent article de Newsweek, traduit dans le Courrier International nous explique comment une série de mesures sanitaires draconiennes imposées par Bruxelles ainsi que le lobbying acharné des industries agroalimentaires ont fait disparaître quasiment tous les fromages au lait cru. Ne laissons pas Bruxelles faire la loi et mobilisons-nous.

Luttons pour la préservation de nos droits les plus élémentaires. Faisons en sorte de transmettre la galette-saucisse aux générations futures, tel un témoin dans une course-relais essentielle.

Partager cet article

Repost 0
Jean- François Helleux
commenter cet article

commentaires

Gachdel 16/09/2016 13:32

Si on était le 1er avril, je croirais à un poisson! C'est vraiment ridicule! la moindre fête, dans le moindre village, le moindre marché, il y a la galette saucisse, et les hôpitaux Bretilliens ne sont pas plus surchargés par les intoxications alimentaires que les hôpitaux des départements où on ne consomme pas de galette saucisse. Invitons tous ces technocrates à venir goûter à notre galette saucisse, qu'ils revoient leur copie!